Qui est Charles Leclerc, époux de Virginie Desjeans…?

Auteur: Suzette Leclair, généalogiste et coordinatrice provinciale du GenWeb du Québec

Sur le site de l’association des Familles Leclerc, à la section Avis de Recherche, on retrouve la question #8, restée sans réponse depuis sa publication, il y a déjà quelques années.
« Nous recherchons depuis longtemps le mariage de Charles Leclerc avec Domithilde Forget dit Despatie. Il épouse en secondes noces, Virginie Desgens, fille de Samuel et de Rosalie Giroux, le 8 sept. 1884 à la paroisse de Saint-Jésus de Montréal. Charles et Domithilde ont fait baptiser leur enfant à Saint-Jérôme demeurant à New-Paisley. Virginie Desgens est veuve de François Leclerc, fils de Romain et Marguerite Gagnon qui se sont épousés le 10 février 1852 à Lambton, Frontenac. « 

Le courriel d’un résident de Winnipeg, Albert Riezebos, concernant cette question, a piqué notre curiosité. Albert est un descendant de Jean Leclair et Marie Blanquet du côté maternel de son arbre généalogique. Lors d’une recherche qu’il effectuait pour une amie descendante de Charles Leclerc et Virginie Desgens, il avait retracé au recensement de 1852 à Saint-Jérôme, la famille d’un Charles Boismenu et son épouse Domitilde Dépaty, dont les enfants portaient exactement les mêmes prénoms que les enfants du couple Charles Leclerc et Domithilde Despatis Forget publiés dans le dictionnaire des ancêtres Leclerc.

Une vérification des actes de baptême des enfants nous démontrent entre autre que leur fils Jean, né le 3 novembre 1848 à New Paisley, ainsi que Marie Louise, née le 22 novembre 1853 aussi à New Paisley, furent baptisés à St-Jérôme, sous le patronyme Leclair, tandis que leur fille Domitille fût baptisée le 20 juillet 1844 à Ste-Thérèse-de-Blainville sous le patronyme Monet.

Charles Monet dit Boismenu, ou Charles Leclerc…?
En généalogie, on nous répète souvent qu’il ne faut jamais sauter aux conclusions, mais plutôt se baser sur les informations contenues dans les sources primaires. Après avoir consulté les différentes sources disponibles concernant ce Charles Monet aka Charles Leclerc /Leclair, il est quasi impossible d’en arriver à une conclusion quelconque, comme vous pourrez le constater à la lecture des différents documents consultés dans cette recherche. Il n’en reste pas moins que plusieurs de leurs enfants furent baptisés sous le patronyme de Leclair et d’autres sous le patronyme de Monet ; il est donc nécessaire, avant de conclure, de se demander « pourquoi ?… »

Comme dans toute bonne recherche généalogique, il nous faut donc partir du tout début sans savoir ou tout ça va nous mener éventuellement… Nous laisserons nos lecteurs tirer leur propre conclusion !

Charles Leclerc & Virginie Desjeans
Dans un premier temps, la seule information connue était le mariage de Charles Leclerc, veuf de Domitilde Forget dite Dépatyle et Virginie Desjeans, veuve de François Leclerc, le 8 septembre 1884 à la paroisse de St-Enfant-Jésus du Côteau St-Louis:

1884-DP_1152a0750source: Drouin numérisé St-Enfant-Jésus de Miles End 1884 Dp_1152a0750 Image 29/43

Charles Leclerc décède 4 ans plus tard; au registre de Notre-Dame de Montréal, le 17 mars 1888, on y trouve l’acte de sépulture de Charles LECLAIRE, décédé le quinze mars à l’âge de 62 ans (Drouin Dp_1103a1093 Image 254/1118), époux de Virginie « Deschamps ». Selon son acte de décès, on apprend donc que Charles serait né approximativement vers 1826. Une recherche des parents de Virginie nous a permis de constater qu’il s’agissait en fait de la famille Dejean ou Vincent dit Dejean, lesquels utilisent le patronyme Dejean / Desjeans plus souvent qu’autrement, et dont l’épellation varie infiniment d’un registre à l’autre.

Une recherche du mariage de Charles Leclerc et Domitilde Forget dite Dépatie reste sans réponse; toutefois, en tenant compte des informations reçues concernant les enfants de ce couple, on retrace l’acte de mariage de Domithilde Forgette-dite-Dépatie mariée à Charles Monet  le 24 octobre 1843 à Sainte-Anne-des-Plaines1843-Dp005851580source: Drouin numérisé Ste-Anne-des-Plaines 1843 Dp_0058 1580 Image 21/28

Les parents de Charles Monet y sont indiqués comme étant Charles Monet et Josephte Paquet, résidents de St-Jérôme; et on note que les parents des deux conjoints mineurs ne sont pas présents à leur mariage mais ont donné leur consentement.

Au PRDH, on apprend que Pierre Charles Monet dit Boismenu, veuf de Françoise Auclair, épouse Marie Josephte (Marie Rose, Rosalie) Paquet, fille de Jacques et Marie Jeanne Vézina, le 4 novembre 1799 à la paroisse St-Vincent-de-Paul de l’Ile Jésus. Françoise Auclair était décédée le 4 novembre 1798 des suites d’un accouchement, neuf mois après son mariage avec Pierre Charles Monet, le 22 janvier 1798 à la même paroisse.

Recensements canadiens

Au recensement de 1851/1852 (Ancestry, page 79), on retrouve la famille Boismenu  à St-Jérôme:

  • Charles Boismenu, 28 ans, journalier
  • Domithilde Dépaty, 27 ans, son épouse
  • Domithilde Boismenu, 9 ans
  • Jean Boismenu, 5 ans
  • Joseph Boismenu, 7 ans
  • Godfroid Boismenu, 2 ans

Au recensement de 1861 (Ancestry, page 312 & 313 sur 432), quartier Hochelaga, paroisse du Sault au Récollet, on retrouve de nouveau la famille de Charles, cette fois sous le patronyme Monet:

  • Charles Monet, 36 ans, tonnelier
  • « Mathilde » Despatis, 35 ans, son épouse
  •  Domitilde Monet, 16 ans
  • Joseph Monet,  15 ans
  • Jean Monet, 12 ans
  • Godfroid Monet, 9 ans
  • Julienne Monet, 8 ans
  • Louise Monet, 7 ans
  • Stéphanie Monet, 4 ans (baptisée Symphropsine)
  • Hercule Monet, 1 an

Au recensement de 1871, on retrouve notre petite famille à St-Ephrem d’Upton (Ancestry page 7/36), mais cette fois, sous le patronyme de LECLAIRE:

  • Charles Leclaire, 46 ans, tonnelier
  •  Domitille Forget, 46 ans, son épouse
  • Joseph Leclaire, 23 ans
  • Jean Leclaire, 20 ans
  • Godfroi Leclaire, 16 ans
  • Hercule Leclaire, 11 ans
  • Julienne Leclaire, 17 ans
  • Louise Leclaire, 15 ans sophronie 13 ans

Mais attention, on n’est pas au bout de nos surprises…

Au recensement de 1881, cette fois à St-Léonard d’Aston, comté de Nicolet (Ancestry page 25 sur 28), nous retrouvons Charles et Domitilde résidant la porte voisine de leur fils Joseph et de sa petite famille, mais non pas sous le nom de Monet ou de Leclaire, mais bien sous le patronyme de BOISVENU (peut-être une erreur de phonétique de la part de l’énumérateur):

  • Charles Boisvenu, 56 ans, tonnelier (famille 203)
    • Domitilde Boisvenu, 56 ans, son épouse (famille 203)
    • Joseph Boisvenu, 34 ans, tonnelier (famille 204)
    • Émélina Boisvenu, 25 ans, son épouse (famille 204)
    • Célina Boisvenu, 5 ans(famille 204)
    • Domitilde Boisvenu, 4 ans (famille 204)

Nous avions été dans l’impossibilité de retracer la famille de Charles lors d’une première recherche au recensement canadien de 1881. Toutefois, grâce à l’acte de sépulture de Domithilde Forget dite Dépatie en date du 22 janvier 1883 à St-Léonard d’Aston, comté de Nicolet, nous avons été en mesure de la retracer au recensement de 1881. Par contre, il  nous a fallu éplucher ce recensement page par page, car l’indexation d’Ancestry faisait grandement défaut puisqu’on retrouve Charles et Domilde sous le vocable de « Boisbense ». Notons que l’acte de sépulture de Domitilde stipule qu’elle est l’épouse de Charles « Boisvenu » (ou Boismenu), ce qui nous a servi d’indice dans notre recherche.

1883-Dp_2500a1107 source: Drouin numérisé 1883 St-Léonard d’Aston Dp_2500a1107 Image 3/31

Qui est donc ce Charles MONET dit Leclair…?
Basé sur les 4 recensements consultés, nous arrivons à la conclusion que Charles Monet, tel qu’indiqué dans l’acte de mariage de 1843, serait né vers 1824/1825. Une recherche au travers des registres pour le baptême d’un Charles MONET dit Boismenu n’a pas porter fruit. Ce qui n’est pas tout à fait inhabituel en soi, puisqu’il arrive que certains actes soient manquants dans certains registres. Si Charles est bien de le fils de Pierre Charles Monet et Marie Rose/Rosalie/Marie Josephte Paquet, pourquoi choisit-il parfois le patronyme de Monet, et celui de Leclerc/Leclair en d’autres occasions…?  Nous retrouvons ce genre de situation dans le cas des individus, hommes ou femmes, de naissance illégitime. Mais selon l’acte de mariage de Charles, ce ne serait pas le cas. Étant donné le résultat de nos recherches, et le manque d’un acte de baptême, un doute demeure quant à la naissance de Charles, nous avons donc décidé d’y regarder de plus près.

Dans un premier temps, on constate que Charles auraient deux soeurs qui se sont elles aussi mariées à Ste-Anne-des-Plaines: Marguerite a épousé Gabriel Desjardins le 24 septembre 1827 et Marie Josephte a épousé Michel Lauzon le 7 janvier 1833. Au hasard de nos recherches dans la base de données BMS2000, nous avons retracé un troisième mariage, cette fois à St-Louis-de-France de Terrebonne: le 8 novembre 1819, Pélagie Boismenu dont les parents sont omis, épouse Jean Verdon. La curiosité aidant, nous retraçons l’acte de mariage au registre de St-Louis-de-France, Folio 29, et une petite surprise nous y attend…

On y lit l’information suivante, qui pourrait peut-être s’avérer pertinente: « …Marie Pélagie dite Boismenu, fille mineure de cette paroisse… »; témoins pour l’épouse: Charles Monet dit Boismenu, père adoptif de l’épouse, et Louis Leclaire, soussigné… (source: Drouin numérisé Dp_0074 0154 Image 30/39).  Y aurait-il un lien entre ce Louis Leclaire et le fait que notre Charles utilise librement le nom de Leclerc/Leclair aussi bien que celui de Monet…? C’est à voir…

Une recherche du registre de Ste-Anne-des-Plaines pour les années 1824 à 1826, année de naissance estimée de Charles Monet dit Leclair, nous réserve là aussi une surprise. Comme il ne semble pas y avoir de Charles Monet enregistré au registre pour ces trois années, nous portons une attention particulière à tous les dénommés Charles baptisés durant cette période. Au registre de 1825, Folio 1, B3, on remarque le baptême de: « …Charles Illégitime, baptisé le 4 janvier 1825, né hier de parents inconnus; parrain Jean Verdon, marraine Marie Pélagie Boismenu qui n’ont su signer… » (source: Drouin numérisé Ste-Anne-des-Plaines 1825 #Dp_0058 0973 Image 1/35).

Se pourrait-il que ce Charles Illégitime ait été élevé, peut-être même adopté lui aussi par le père adoptif de Pélagie, Pierre Charles Monet dit Boismenu, lequel est aussi dit être le père de Charles lors de son mariage en 1843, sans toutefois être présent à ce mariage…

Il y a parfois de drôles de coïncidences qui laissent beaucoup à penser… Et selon René Jetté, auteur du Dictionnaire généalogique des familles du Québec: « il n’y a pas de coïncidence en généalogie… »

À vous d’en juger…

Cette entrée a été publiée dans Avis de recherche. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.