COMEAU dit LECLERC

Lorsqu’un dit nom devient un patronyme usuel, il y a fort à parier que le nom de famille qu’il remplace ne disparaisse à jamais, sans laisser de trace…

Il y a quelque années déjà, une américaine du Wisconsin, Mary DeGayner,  nous demanda de l’aider à retracer les parents de son arrière grand-mère, Marie Gilette Leclerc dit Francoeur, fille de Jean Leclerc et Angélique Landry, selon des informations qu’elle avait obtenues précédemment de Stephen Whyte. Au moment de sa demande, nous venions tout juste de lire une demande semblable dans les Mémoires de la Société généalogique Canadienne Française, concernant les parents de Bernard Clerc, fils de Jean et Angélique Landry.  Il n’en fallait pas plus pour piquer notre curiosité.

Dans « Les Registres de Carleton » 1773 – 1900 de Bona Arsenault, aux page 147, 148 et 149  sous le titre de Clerc dit Francoeur, on retrouve en effet le mariage de cinq des enfants de Jean Clerc et Angélique Landry, dont celui de Bernard et Marie Rousseau, le 2 février 1841.  Sous le patronyme Leclerc, à la page 251, le mariage de deux autres enfants du même couple, incluant celui de « Gilles » Leclerc et Pierre Johnson, le 22 février 1832 (erreur de retranscription, le registre paroissial indiquant Gilette Clerc, fille mineure de Jean Clerc).

Du mariage des parents, Jean Clerc et Angélique Landry, aucune trace comme tel dans les répertoires de Carleton ou des environs. Toutefois, à la page 148 du répertoire de Carleton, on note la sépulture de Jean Clerc, le 8 juillet 1848 âgé de 74 ans, donc né vers 1774.

Avec ces informations en mains, nous nous attaquons à la lecture des microfilms de Carleton, où nous retrouvons tous les actes retracés auparavant dans la publication de Bona Arsenault.  Nous en  profitons pour lire les actes de baptême des enfants issus des mariages des sept enfants mentionnés précédemment, mais aucune nouvelle piste. On prend note des informations contenues dans les actes de décès de quelques-uns des enfants de Jean et Angélique, espérant retracer leur baptême par l’âge indiqué au décès.

Sous la rubrique Landry, de la page 181 à 195, nous passons à la loupe tous les mariages, mais là encore, aucune Angélique ou Marie Angélique mariée à un Clerc ou LeClerc. Toutefois, nous notons à la page 182, la sépulture d’Angélique, épouse de Jean Clerc, à Carleton le 15 décembre 1837 âgée de 47 ans, donc née aux environs de 1790.  Bien qu’il faille se méfier des âges indiqués aux actes de décès des époques en question, ils sont quelques fois exacts, donc il ne faut pas les ignorer totalement.

Sous la même rubrique à la page 182, deux naissances seulement sous le prénom d’Angélique dont la date pourrait correspondre: le 26 octobre 1781 (Jean & Marthe Dugas) et le 12 mai 1792 (Claude & Hélène Dugas).  Toutefois, un seul mariage sous ce prénom, celui d’Angélique (Jean & Marthe Dugas) avec  Jean Comeau.  Aux pages 194 et 195, quelques naissances durant la même période sous le prénom de Marie Angélique,  mais pas de mariage correspondant. Une recherche des autres registres des paroisses et régions avoisinantes n’apporte aucun résultat.

Il ne nous  reste donc qu’à visionner sur les microfilms, chacun des mariages retracés. Finalement, la chance nous  sourit. Au registre paroissial de Carleton, le 12 janvier 1802, on peut lire ce qui suit:

« Carleton le douze janvier mil huit cent deux, après la publication de trois bans de mariage faite aux prônes de cette paroisse entre Jean Commau dit Claire cultivateur de cette paroisse, fils majeur de défunt Jean Commau dit Claire et de défunte Esther Babin, ses père et mère de cette paroisse d’une part, et de Angélique Landry, domiciliée en cette paroisse, fille majeure de Jean Landry et de Marthe Dugas ses père et mère aussi de cette paroisse d’autre part ne s’étant découvert aucun empêchement, nous soussigné prêtre avons reçu leur mutuel consentement et leur avons donnée la bénédiction nuptiale selon la norme prescrite par notre mère la Ste Église  et ce en présence de Jean Baptiste Leblanc oncle maternel et Nicolas Landry ami de l’époux, et de Jean Landry père, Lazare Alain, beau-frère de l’épouse, et de plusieurs autres, dont trois ont signé, les autres et les époux ont déclaré ne le savoir. » L’acte est signé par Nicolas Landry, Lazare Alain, Sévère Landry (témoins), et Amiot, ptre

Le registre des baptêmes de 1809, nous livre ceci:

« Le vingt quatre décembre mil huit cent neuf, je soussigné prêtre missionnaire ai baptisé Marie Gilette née la nuit précédente du légitime mariage de Jean Comeau dit Jean Clerc cultivateur de La Nouvelle, et de Angélique Landry. Parrain Hipolithe Landry oncle de l’enfant, marraine Angélique Leblanc qui n’ont su signer ainsi que le père présent. » Signé: Ch. Frs Painchaud, ptre.

Une recherche des registres nous démontre que tous les enfants ont été enregistrés sous le nom de famille Comeau. Toutefois ils se sont tous mariés sous le nom de Clerc et/ou Le Clerc, et non pas sous le dit nom de Francoeur; il semblerait qu’il s’agit ici  d’une erreur d’interprétation lors de la transcription des actes.

D’après tous les documents retracés et les recensements de la région de Carleton, à partir de 1802, Jean Comeau utilisa toujours le dit nom de Clerc, Clair ou LeClerc, avec ou sans le patronyme de Comeau, pour éventuellement n’utiliser que  le nom de famille Clerc, Clair ou LeClerc, laissant tomber dans l’oubli le nom de Comeau, celui de ses ancêtres acadiens.

La coutume des « dit nom » était très populaire parmi les acadiens, plusieurs d’entre eux portant les mêmes noms et prénoms génération après génération. Il n’était pas rare à l’époque de retrouver au moins trois générations vivant dans un même village, parfois sous un même toit, avec les mêmes noms et prénoms, et quelquefois pour bonne mesure, deux ou trois frères et oncles baptisés sous le même patronyme. Basé sur les recensements consultés, il semble que ce fût le cas de Jean Comeau, ce qui expliquerait son usage d’un dit nom afin de se distinguer des autres membres de sa famille.

Suzette Leclair, Coordinatrice
QuebecGenweb.com

Cette entrée a été publiée dans Avis de recherche. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.