Les Doucet d’Acadie

Conflit entre la généalogie et la génétique…

Le sujet de la généalogie combinée à l’étude de l’ADN,  communément appelé généalogie génétique,  demeure un sujet d’approche difficile pour la majorité des généalogistes et des historiens. Sujet à controverse dans plusieurs cas, il est tout de même fort intéressant de comparer les résultats de tests d’ADN (ADN-Y ou Chromosome Y, et d’ADN-mt ou mitochondrial) versus les lignées généalogiques des intéressés.

Pourquoi est-ce un sujet à controverse, vous demanderez-vous ? Tout simplement parce que les résultats d’analyse de l’ADN ne correspondent pas toujours aux résultats de certaines lignées ancestrales établies par les généalogistes ayant fait le travail de recherche nécessaire pour documenter leur généalogie familiale. Alors que de plus en plus de personnes se tournent vers la généalogie afin d’en apprendre plus au sujet de leurs ancêtres et de l’histoire qui les entourent, les résultats de leurs recherches ne correspondent pas toujours à leurs traditions orales et aux histoires de famille transmises par leurs aînés parfois depuis plusieurs générations. Comme la mémoire est une faculté qui oublie, il est tout à fait normal que la transmission des traditions orales varie d’une génération à l’autre; il est nécessaire de les traiter avec un grain de sel, tout en considérant qu’il y a presque toujours, un fond de vérité dont on se doit de tenir compte.  Lorsque la généalogie ne correspond tout à fait à nos traditions orales et ne répond pas à nos attentes,  la génétique peut s’avérer un choix judicieux afin d’identifier la signature génétique d’un ancêtre indéterminé, allant même jusqu’à déterminer ses origines ethniques. Par contre, la génétique ne pourra jamais remplacer la généalogie, mais elle peut fort bien en être le complément lorsque la documentation nécessaire à l’établissement d’une lignée est incomplète. Il ne faut pas se leurrer, bien que les registres paroissiaux soient relativement exacts, il s’y trouve parfois des erreurs ou des omissions quant à l’identification des parents lors d’un baptême ou d’un mariage; de plus, les registres sont parfois incomplets ou manquants suite à un feu, une inondation ou simplement un acte de vandalisme tel qu’une page de registre arrachée, et que dire de la destruction totale des registres Acadiens lors du « grand dérangement »…! À partir des années 1800, on note un manque d’information dans les registres, particulièrement au Québec, suite aux politiques d’assimilation décrétées par les autorités, rendant parfois difficile, sinon impossible, l’identification d’ancêtres autochtones ou métis.

Au fur et à mesure de la diminution des coûts associés aux analyses de l’ADN, on constate que de plus en plus de personnes ont recours à la génétique pour complémenter leur généalogie, de façon à confirmer ou infirmer les dires de leurs aînés. Toutefois les résultats d’analyse de l’ADN ne correspondent pas toujours aux résultats généalogiques ou aux croyances populaires, déclenchant parfois de vives controverses parmi les généalogistes et généticiens, comme ce fût le cas avec Catherine Pillard.

Le cas dont nous aimerions vous entretenir présentement, est justement un de ceux où les résultats d’analyse d’ADN obtenus par au moins quatre individus participants à étude génétique du patronyme Doucet, ne correspondent nullement aux résultats de leurs lignées généalogiques établies à l’aide de documentation provenant de généalogistes et d’historiens de renom. Inutile de dire que certains d’entre eux sont en désaccord avec les résultats génétiques en question. S’agit-il ici d’une erreur au niveau génétique, ou mieux encore, d’erreurs dans l’établissement des généalogies des participants à cette étude ? Nous laissons les lecteurs tirer leurs propres conclusions…

ADN-Y versus AND-mt

Il y a énormément d’information sur la toile concernant l’ADN et les différents tests disponibles aux intéressés. C’est un sujet plutôt technique et pas nécessairement facile à comprendre pour les néophytes en la matière. Nous allons donc nous limiter à une explication minimale, nécessaire pour comprendre le sujet de cet article. [1]

  

L’ADNmt ou Mitochondrial est transmis directement par la mère à sa fille; il ne change pas d’une génération à l’autre. La mère le transmet aussi à ses fils, toutefois ils ne peuvent pas le transmettre à leurs propres enfants. Par le fait même, autant les hommes que les femmes peuvent faire faire l’analyse de leur ADNmt. Ce qui en fait un remarquable outil dans l’identification de nos premiers ancêtres en Nouvelle-France lorsque certains registres sont manquants. 

L’ADN-Y. ou Chromosome Y, est quant à lieu transmis d’un père à son fils, mais jamais à ses filles. Il va de soi que seulement les personnes de sexe masculin peuvent faire faire l’analyse de leur ADN-Y.

Quelques que soient les résultats des analyse d’ADN, ceux-ci fourniront, sans l’ombre d’un doute,  la preuve nécessaire quant à l’origine ethnique  d’un ancêtre paternel ou maternel, selon le cas échéant.

Keith Doucet, natif de la Louisiane…

Keith, un natif de la Louisiane, résidant depuis 2005 au Texas où il avait trouvé refuge suite à la dévastation causée par l’ouragan Katrina, fait  partie des nombreux descendants des Doucet, originaires de l’Acadie, qui avaient eux aussi trouvé refuge en Louisiane lors du « grand dérangement ». Bien que son histoire familial fait état d’ancêtres d’origine autochtone, sa famille a toujours pris pour acquis que ceux-ci étaient natifs de la Louisiane. En 2006, il débuta une recherche généalogique afin de retracer ses origines autochtones, mais il se buta rapidement au fameux mur généalogique que nous avons tous rencontré un jour ou l’autre.

Il communiqua alors avec un cousin Louisianais, établi en Indiana à l’époque et malheureusement décédé depuis, espérant trouvé réponse à son questionnement, puisqu’ils partageaient un lignage commun. Quelle ne fût pas sa surprise d’apprendre que quelques uns de ses ancêtres d’origine autochtone étaient en fait descendants des Mi’kmak d’Acadie, et non des Amérindiens de la Louisiane ! En 2008, il devint membre d’un groupe de discussion sur la toile, « Amerindian Ancestry out of Mi’kmaki », espérant en apprendre plus sur ses origines Mi’kmak. Un membre de ce groupe, Tom McMahon, l’aida à compléter son lignage patrilinéaire. Comme plusieurs descendants Doucet, la lignée paternelle de Keith l’amène directement à Germain Doucet, né vers 1641 en Acadie, de par son fils Laurent. Une fois terminée, il publia sa lignée sur le site du groupe de discussion dont il était membre; le groupe étant à la recherche d’un descendant de Germain Doucet, Sieur de Laverdure, depuis quelque temps déjà,  l’administratrice du groupe lui offrit de faire une analyse de son ADN-Y.

Il accepta, croyant que son résultat d’analyse serait comme celui de la majorité des descendants de Germain Doucet, père, c’est-à-dire d’Haplotype R1b1b2 (Européen). Une surprise de taille l’attendait, puisque ses résultats indiquaient un Haplotype C3, possiblement Amérindien. Afin de s’assurer de l’exactitude des résultats, il demanda à un frère de son grand-père paternel de se soumettre à une analyse de son ADN-Y, et ses résultats furent identiques à ceux de Keith. Son grand-oncle décida alors de faire aussi analyser son ADN-mt dont les résultats furent classés A2f (Amérindien). À ce point, Keith décida alors d’aller plus loin dans l’analyse de son ADN-Y, dont les résultats furent par la suite classés Haplogroupe C3b Amérindien (Native American). Plus de doute possible, la tradition orale de sa famille était exacte, et son ancêtre Doucet était effectivement d’origine autochtone !

Étant donné que sa lignée patrilinéaire mène à Germain Doucet, Sieur de Laverdure, que tous savent être d’origine Européenne, la question qu’il se pose à cette étape: qui suis-je vraiment…? Qui est mon ancêtre, puisqu’il ne peut pas être Germain Doucet, Sieur de Laverdure…?

Haplogroupe C3b (ADN-Y)

Étant donné que nous ne sommes pas des spécialistes en matière de DNA, nous laisserons aux spécialistes la tâche de définir et d’expliquer le côté technique des analyses d’ADN et la définition des Haplogroupes et Haplotypes. Un article subséquent sera publié lorsque l’étude de généalogie génétique de 10 nouveaux participants Doucet, tous descendants de Germain fils, ca 1641, aura été complétée, et leurs généalogies documentées selon les normes établies. Pour le moment, nous nous contenterons de noter que l’Haplogroupe C3b « Subclade P39 » (Amérindien) se trouve presque exclusivement en Amérique du Nord, particulièrement chez les Na-Dené,  les Algonquiens et les  Siouiens.[2]

Au devant de la controverse

Si on tient compte du fait que le groupe de discussion « Amerindian Ancestry out of Mi’kmaki » est en fait un groupe privé, où les discussions sont de nature confidentielle et réservée aux membres seulement, quelle ne fût pas la surprise de Keith de recevoir un courriel de nulle autre que Lucie Leblanc Consentino, administratrice du GenWeb Acadien et du Projet « Mothers of Acadia » sur Family Tree DNA (FTDNA), concernant sa généalogie génétique dont elle avait entendu parler « entre les branches »… À sa demande, il lui fit parvenir les renseignements demandés, incluant sa lignée patrilinéaire menant à Germain Doucet, ca 1641, fils de Germain Doucet, Sieur de Laverdure,  celle de son grand-oncle de même que la lignée matrilinéaire de ce dernier. Après avoir vérifié l’exactitude de ses données, et noter que sa  généalogie semblait être exacte, elle lui signifia son désaccord concernant ses résultats d’analyse d’ADN, classé Haplotype C3b Amérindien, qui selon elle, ne pouvaient qu’être erronés puisqu’ils ne concordaient pas avec les résultats de sa lignée patrilinéaire, dont l’ancêtre est d’origine Européenne… Toutefois, un questionnement demeure, où est l’erreur ? 

Puisque les résultats d’analyse d’ADN sont généralement fiables, il reste la possibilité que la généalogie de Keith soit inexacte, même si elle a été établie selon les normes et révisée par plusieurs généalogistes, donnant lieu à bien des conjectures. S’agit-il d’une chaînon manquant dans sa lignée patrilinéaire, suite à un évènement non-parental, une assimilation ou encore une adoption…?  Par contre, si tout concorde, il faudrait peut-être tenir compte de la possibilité que l’erreur se retrouve au niveau de la documentation. Cette dernière est souvent manquante au niveau des registres Acadiens; le généalogiste doit donc se fier à la reconstitution des familles telle qu’établie par Stephen White, auteur du Dictionnaire généalogique des familles Acadiennes, dont les conclusions, faute de documents manquants, sont souvent basées sur les dispensations religieuses retracées dans les actes de mariages de plusieurs descendants Acadiens.

À ce point, Keith débuta une étude approfondie de l’Haplotype C3b. Il en conclut qu’il lui fallait faire la preuve que ses résultats d’ADN n’étaient pas uniques. Il lui faut donc trouver d’autres descendants Doucet qui accepteraient de participer à une étude de leur ADN-Y.

L’ADN-Y des Doucet d’Acadie…

George Doucette, un résident d’Halifax en Nouvelle-Écosse, accepta de participer au « Doucet DNA Project » que Keith mit sur pied; ses résultats d’analyse d’ADN sont en tout point identiques à ceux de Keith. Au moment d’écrire cet article, deux autres participants à ce projet, dont un préfére garder l’anonymat, ont eux aussi obtenu des résultats identiques à ceux de Keith. Un point important à noter: les 5 participants dont il est question, ayant obtenu des résultats identiques, Haplotype C3b Amérindien, sont tous descendants de Germain Doucet, ca 1641, fils de Germain Doucet, Sieur de Laverdure d’origine Européenne. Ce sont:

Kit #140590         Keith Doucet

Kit #171928          Jean Baptiste Doucet 

Kit #194117          George Doucette             

Kit #213835         Confidentiel 

Kit #291648         Brian E. Doucet  (MR)                         

Voici une copie des résultats d’analyse du Chromosome Y (ADN-Y) de Keith Doucet, lesquels sont identiques aux quatre autres participants dont nous venons de faire mention. Le rapport d’analyse des quatre participants a été publié sur le site de FTDNA.                        

Locus

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

DYS#

393

390

19*

391

385a

385b

426

388

439

389-1

392

389-2

Alleles

12

23

15

9

15

16

11

13

11

13

11

29

PANEL 2 (13-25)

Locus

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

DYS#

458

459a

459b

455

454

447

437

448

449

464a**

464b**

464c**

464d**

Alleles

18

8

8

11

12

28

14

21

29

12

12

16

17

PANEL 3 (26-37)

Locus

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

DYS#

460

GATA H4

YCA II a

YCA II b

456

607

576

570

CDY a

CDY b

442

438

Alleles

11

10

21

23

16

16

17

17

33

36

11

10

Lorsque les résultats d’analyse d’ADN-Y ci-haut mentionnés furent présentés à Stephen White, auteur du Dictionnaire généalogique des familles Acadiennes[3], et expert de l’histoire Acadienne, il répliqua que tout ça ne voulait rien dire et n’avait aucune importance ! Quatre résultats Amérindiens absolument identiques, tous menant à l’ancêtre Germain Doucet fils, ca 1641, dont le père est d’origine Européenne, ne peuvent pas passer inaperçus et laisser le lecteur indifférent, s’il connait un tant soit pas la généalogie et la génétique ! Inutile de dire que Keith fut extrêmement déçu de la tournure des évènements.

Jusqu’à ce jour, un total de quatorze descendants Doucet ont participé au projet d’étude de leur ADN-Y[4]. Six ont testé C/C3/C3b Amérindien et les huit autres ont testé R1b Européen. Il n’est pas possible pour l’instant de faire une étude poussée des résultats généalogiques de neuf des participants de façon a vérifier leur exactitude respective, car Keith a été incapable d’obtenir la collaboration de l’administrateur actuel du Doucet DNA Project. Par contre, nous avons été informés que toutes les lignées généalogiques de chacun des participants ont été soumises à Lucie Leblanc Consentino et Stephen White pour vérification, sans obtenir le consentement des participants au préalable. Pour le moment, nous devrons nous contenter des résultats d’analyse d’ADN-Y tels que publiés sur le site web de Family Tree DNA (FTFNA), disponible au public pour consultation, dont voici un résumé en date du 30 décembre 2011[5].

Kit Number

Paternal Ancestor Name

Country

Haplogroup

01 Doucet (Native American paternal lineage) C3b

171928

Germain Doucet b. c. 1641 Port Royal, NS

Canada

C

                     

213835

Germain Doucet b. c. 1641 Port Royal, NS

Canada

C

                     

194117

Germain Doucet b. c. 1641 Port Royal, NS

Canada

C3b

                     

140590

Germain Doucet b. c. 1641 Port Royal, NS

Canada

C3b

                     
    219648  Germain Doucet b.c. 1641 Port Royal, NS       Canada          C                      
    N30448  presently unknown       Canada          C3                      

02 Doucet (Western European paternal lineage), R-L21+,

203487

Germain Doucet b. c. 1641 Port Royal, NS

Unknown Origin

R1b1a2a1a1b4

                     

03 Doucet (Western European paternal lineage), R-L21+

146653

 Pierre Doucet b. c. 1621 France

France

R1b1a2a1a1b4

                     

04 Doucet (Western European paternal lineage), R-L21-

206660

Germain Doucet b. c. 1641 Port Royal, NS

Canada

R1b1a2

                     

05 Doucet (Western European paternal lineage), R-M269

178359

Germain Doucet b. c. 1641 Port Royal, NS

Canada

R1b1a2

                     

N41445

 Pierre Doucet b. c. 1621 France

France

R1b1a2

                     
    218145  Germain Doucet c. 1641 Port Royal, NS        Canada       R1b1a2                      

212760

 Germain Doucet b. c. 1641 Port Royal, NS

Canada

R1b1a2

                     

06 Doucet (Western European paternal lineage), R-M269

121693

 Unknown at present

Canada

R1b1a2

                     

 On note que cinq participants du groupe 01 (C3b) sont tous descendants du même ancêtre: Germain Doucet, ca 1641, tandis que les  participants des groupes 02 à 06 (R1b) se divisent ainsi: cinq sont descendants de Germain Doucet ca 1641, deux autres sont descendants de son frère Pierre ca 1621, et un seul n’est pas identifié n’ayant pas fourni sa généalogie.

On constate donc un conflit d’information concernant les deux fils de Germain Doucet, Sieur de Laverdure: le fils aîné Pierre ca 1621 est d’origine Européenne selon les résultats de 2 participants (Kits 146653 et N41445), tandis que son frère Germain ca 1641 est d’origine Européenne selon les résultats de cinq des participants (Kits 203487, 206660, 178359, 212760, 218145)  et Amérindien selon cinq autres participants (Kits 171928, 213835, 194117 et 140590, 219648). Évidemment, il n’est pas possible pour un même individu de posséder deux signatures génétiques (Haplotype) différentes, comme le démontre cet histogramme.

Mais le problème ne s’arrête pas là. Sur le site de FTDNA ~ Doucet DNA Project[6], en date du 31 décembre 2011, on trouve un rapport d’analyse des marqueurs des sept participants ayant des résultats R1b, démontre une plus grande complexité qu’il n’apparait au premier abord. On lit ce qui suit, et je traduis:

« Les huit participants Doucet qui ont testé et appartiennent à l’Haplogroupe R1B constituent actuellement, cinq regroupements: 02 [203487]; 03 [146653]; 04 [206660]; 05 [178359, 212760, N41445, 218145]; 06 [121693], signifiant cinq lignages indépendants. »

« Les marqueurs des participants #146653 (Pierre 1621), participant 178359 (Germain 1641) Participant N41445 (Pierre 1621), Participant 212760 (Germain 1641) et Participant 218145 (Germain 1641) indiquent qu’ils partagent un ancêtre commun d’origine Européenne. »

« Par contre, les marqueurs du Participant 203487 (Germain 1641) bien que d’origine Européenne, ne concorde pas avec les Participants 146653 (Pierre 1621), Participant 178359 (Germain 1641), Participant N41445 (Pierre 1621), Participant 212760 (Germain 1641), Participant 218145 (Germain 1641) ou Participant 121693. »

Pour mieux comprendre les détails de ce rapport, il faut jeter un regard au tableau qui suit:

Kit Number

Paternal Ancestor Name

Country

Haplogroup

DYS

393

DYS

390

DYS

19

DYS

391

DYS

385

DYS

426

DYS

388

DYS

439

DYS

389i

DYS

392

DYS

389ii

01 Doucet (Native American paternal lineage) C3b
171928 Germain Doucet b. c. 1641 P-R Canada C 12 23 15 9 15-16   11 13 11 13 11 29
213835 Germain Doucet b. c. 1641 P-R Canada C 12 23 15 9 15-16   11 13 11 13 11 29
194117 Germain Doucet b. c. 1641 P-R Canada C3b 12 23 15 9 15-16   11 13 11 13 11 29
140590 Germain Doucet b. c. 1641 P-R Canada C3b 12 23 15 9 15-16   11 13 11 13 11 29
N30448 Unknown at present Canada C3 12 23 15 9 15-16 11 13 11 13 11 29
219648 Germain Doucet b.c. 1641 P-R Canada C 12 23 15 9 15-16 11 13 11 13 11 29
02 Doucet (Western European paternal lineage), R-L21+,
203487 Germain Doucet b. c. 1641 P-R Unknown  Origin R1b1a2a1a1b4 13 25 14 10 11-12   12 12 13 14 13 30
03 Doucet (Western European paternal lineage), R-L21+
146653 Pierre Doucet b. c. 1621 France  France R1b1a2a1a1b4 13 24 14 11 11-12   12 12 12 13 13 29
04 Doucet (Western European paternal lineage), R-L21-
206660 Germain Doucet b. c. 1641 P-R Canada R1b1a2 13 24 14 11 11-14   12 12 11 13 14 29
05 Doucet (Western European paternal lineage), R-M269
178359 Germain Doucet b. c. 1641 P-R Canada R1b1a2 13 24 14 11 11-13   12 12 13 13 13 29
N41445 Pierre Doucet b. c. 1621 France France R1b1a2 13 24 14 11 11-13   12 12 13 13 13 29
218145 Germain Doucet b.c. 1641 P-R Canada R1b1a2 13 23 14 11 11-13 12 12 13 13 13 29
212760 Germain Doucet b. c. 1641 P-R Canada R1b1a2 13 24 14 11 11-13   12 12 13 13 13 29
06 Doucet (Western European paternal lineage), R-M269
121693   Unknown
Origin
R1b1a2 13 23 14 11 11-16   12 12 13 9 13 25

 

Comme nous sommes limités par l’espace dont nous disposons pour cet histogramme, nous recommandons au lecteur de visiter le site de FTDNA ~ Doucet DNA Project afin de consulter le tableau en entier, pour mieux comprendre les détails du rapport précité..

il est intéressant de noter que les participants 194117 et 213835 (groupe 01) ont 36 marqueurs identiques sur 37, indiquant un lien de parenté rapproché; tandis que le participant 203487 (groupe 02), bien que d’origine Européenne, a 16 marqueurs non identiques aux autres participants de descendance Européenne; de plus les résultats du participant 203487 indiquent qu’il ne peut être apparenté au participant 146653 en dedans d’une période de 400 ans. Et dire que la génétique est l’outil de choix des généalogistes désireux de valider l’ancêtre d’une lignée lorsqu’un doute subsiste ! Dans le cas des descendants de Germain Doucet, Sieur de Laverdure, il semblerait que la génétique et la généalogie ne font pas bon ménage…!

Bien que les résultats d’analyse d’ADN nous fournissent la preuve de l’existence d’ancêtres d’origine Amérindienne dans certaines lignées Doucet, nous nous retrouvons face à un dilemme quand à la détermination des origines des descendants de Germain Doucet fils, né vers 1641 en Acadie. De dire que ces résultats sont sans conséquence serait faire l’autruche ! Il est bien évident qu’il sera nécessaire d’approfondir les recherches à ce sujet afin d’établir hors de tout doute, la signature génétique dudit Germain Doucet, dont les origines semblent plutôt incertaines si on considère les résultats obtenus jusqu’ici.

Les généalogies des participants devront être scrutées dans leurs moindres détails afin de valider leur exactitude. Et pour ce faire, le projet a besoin d’un plus grand nombre de participants afin de pousser plus loin l’étude des résultats d’analyse d’ADN vs les généalogies des participants. Amerindian Ancestry out of Acadia DNA Project a accepté de s’impliquer en offrant de subventionner les analyse d’ADN-Y de 10 participants additionnels dont la généalogie remonte aux fils de Germain Doucet, ca 1641. Quatre candidats se sont prévalus de cette offre en date du 15 décembre 2011.

Généalogies

Les lignées patrilinéaires suivantes ont été préparées par les participants, et sont sujettes à vérification. Elles ont été complétées à l’aide de la documentation existante provenant des microfilms des registres paroissiaux disponibles sur Ancestry.com et FamilySearch.org 

Lignées patrilinéaires

Germain Doucet, Sieur de Laverdure & épouse inconnue 

Keith Doucet

140590

Jean Baptiste Doucet

171928

George Leonard Doucette

194117

Germain DOUCET

m. unknown wife 1620 – and/or wives   

Germain DOUCET

m. unknown wife 1620 – and/or wives  

Germain DOUCET

m. unknown wife 1620 – and/or wives

Germain DOUCET (b. 1641)

m. abt 1664 Port-Royal

Marie Landry (René & Perrine Bourg) 

Germain DOUCET (b. 1641)

m. abt 1664 Port-Royal

Marie Landry (René & Perrine Bourg)

Germain DOUCET (b. 1641)

m. abt 1664Port-Royal

Marie Landry (René & Perrine Bourg

Laurent DOUCET

m. abt 1689 Acadia

Jeanne Babin (Antoine & Marie Mercier)

Laurent DOUCET

m. abt 1689 Acadia

Jeanne Babin (Antoine & Marie Mercier) 

Claude dit Maitre Jean DOUCET

m. abt 1696 Acadia,

Marie Comeau (Étienne & M.Anne Lefebvre)

Laurent DOUCET

m. 1722-01-12 Port-Royal

M.Anne Pellerin (Étienne & Jeanne Savoie)

Laurent DOUCET

m. 1722-01-12 Port-Royal

M.Anne Pellerin (Etienne & Jeanne Savoie)

Joseph DOUCET

b. 1706-03-12 Port-Royal

m. 1731-01-08 Port Royal

Anne Surette (Pierre & Jeanne Pellerin 

Julien Michel Laurent DOUCET

m. 1749-01-27 Port-Royal

Marguerite Martin (Charles & Jeanne Comeau)

Julien Michel Laurent DOUCET

m. 1749-01-27 Port-Royal

Marguerite Martin (Charles & Jeanne Comeau)

Michel DOUCET

b. 1754-10-17

m. abt 1775

Suzanne Mius (François & Jeanne Duon) 

Joseph Hilaire DOUCET

m. 1772-07-18 St-Martinville, Louisiana

Anne Landry (Jean Baptiste & Madeleine Broussard)

Joseph Hilaire DOUCET

m. 1772-07-18 St-Martinville, Louisiana

Anne Landry (Jean Baptiste & Madeleine Broussard)

François David dit Le Grand DOUCET

b. abt 1790

m….  

Élizabeth / Isabelle Mius (Pierre & Cécile Amirault) 

Joseph DOUCET

m. 1805-05-14 Opelousas, LA

Céleste Bellard (Antoine & Marie Trahan)

Joseph DOUCET

m. 1805-05-14 Opelousas, LA

Céleste Bellard (Antoine & Marie Trahan)

Jean Robert Eugene DOUCET

b. 1814-03-24 – m. 1840-11-02

Marie Henriette Saulnier 

Joseph DOUCET

m. 1828-08-19 Opelousas, LA

Carmélite Richard (Pierre & Clothilde Quinter)

Joseph DOUCET

m. 1828-08-19 Opelousas, LA

Carmélite Richard (Pierre & Clothilde Quinter)

John Alexander  Doucet

b. 1847-02-14 –  m ?

Lavinia Amirault 

Charles DOUCET

m. 1866-11-13 Church Point, LA

Caroline LeBleu (Julien & Caroline Matte) 

Charles DOUCET

m. 1866-11-13 Church Point, LA

Caroline LeBleu (Julien & Caroline Matte 

James Leonard DOUCETTE

b. 1885-09-16 – m. ?

Gertrude Melanson 

Grégoire DOUCET

m. 1888-01-24 Church Point, LA

Émélie LeJeune 

Grégoire DOUCET

m. 1888-01-24 Church Point, LA

Émélie LeJeune

 

Leonard Joseph Doucet

b. 1926-11-26 –  m. ?

Rita Andrée Trudeau

Laurent DOUCET

m. 1912-01-25

Lesamine LeJeune (Augustin & …)

Laurent DOUCET

m. 1912-01-25

Lesamine LeJeune (Augustin & …)

George Leonard Doucette

b. 1955-08-15 Digby, NS

Léonce DOUCET

m. 1936-10-31 Church Point, LA

Ada Opry (Bennett & Laura LeBleu)

Jean Baptiste DOUCET

 

Floyd DOUCET

m. 1960-06-11 Bâton Rouge, LA

Doris Ann Arledge 

 

 

Keith DOUCET

b. 1962 Bâton Rouge, LA

 

 

Selon Stephen White[9], Germain Doucet, Sieur de La Verdure, natif de Couperans ou Conflans en Brie, France, se serait marié en France vers 1620 (épouse non identifiée). Trois enfants sont nés entre 1621 et 1625: Pierre b. ca 1621, Marguerite b. ca 1625  ainsi qu’une autre fille non identifiée, qui a épousé Pierre LeJeune dit Briard vers 1650 à Port Royal.

Le quatrième enfant, Germain (fils) serait né vers 1641, basé sur les recensements de 1671 (30 ans), 1686 (45 ans) et 1693 (50 ans), lesquels sont relativement consistants. Étant donné la différence d’âge, il est fort possible que Germain né vers 1641 soit le fils d’une deuxième épouse. Toutefois, selon quelques dispenses accordées lors de mariage de descendants Doucet[10], il y aurait confirmation à l’effet que Germain Doucet, époux de Marie Landry, serait en fait le frère des trois premiers enfants mentionnés ci-haut. S’il s’agit d’un demi-frère, qui en est la mère ?

Si on tient compte des différents résultats d’analyse selon lesquels Germain Doucet, ca 1641, serait d’origine Européenne, tandis que d’autres le disent d’origine Amérindienne, il est évident que nous sommes en présence de résultats non concordants. Si les résultats de test d’ADN sont exacts, le problème se trouve au niveau généalogique, ce qui signifierait qu’il se trouve un chaînon manquant dans l’établissement des lignées de certains participants. Comme on nous refuse l’accès à certains d’entre eux, il n’est pas possible d’en faire l’analyse, et pour le moment, le tout demeure un mystère…

Conclusion

Il y a plusieurs scénarios possibles menant à ce mystère. Comme nous sommes en présence de lignées non documentées, il peut s’agir de simple erreurs cléricales, ou encore de cas d’adoption, d’assimilation, d’infidélité, etc., lesquels pourraient expliquer un chaînon manquant. Puisqu’au moins 6 des participants ont des résultats identiques menant à un Haplogroupe d’origine Amérindienne, il n’y a pas de doute que nous sommes en présence d’un ancêtre Doucet d’origine autochtone qui ne peut pas remonter à Germain Doucet, Sieur de Laverdure.

Comme nous l’avons mentionné à quelques reprises, il est nécessaire de procéder à l’analyse de l’ADN-Y de participants additionnels afin de pouvoir les comparer aux résultats obtenus jusqu’ici; et il est fort probable que la réponse se trouvera dans leurs généalogies, afin de pouvoir identifier correctement l’ancêtre des deux groupes de descendants de Germain Doucet, ca 1641.

Nous espérons que la lecture de cet article aiguisera la curiosité de plusieurs descendants de Germain Doucet fils, et qu’ils accepteront de participer à cette étude. Pour plus d’informations, nous vous suggérons d’entrer en contact par courriel avec Keith Doucet: Ragin_cajun_keith@yahoo.com, ou bien Marie Rundquist, responsable du projet Amerindian Ancestry out of Acadia DNA Project, à l’adresse suivante: mrundqui@shentel.net. Profitez-en, il reste encore quelques kits subventionnés à 100% pour ce projet; mais attention, seulement les descendants de Germain Doucet, ca 1641, sont considérés pour cette présente étude.

Auteur: Suzette Leclair

Collaboration: Keith Doucet & Tom McMahon


[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Acide_désoxyribonucléique;http://fr.wikipedia.org/wiki/Génome_mitochondrial

[2] Stephen L. Zegura, Tatiana M. Karafet, Lev A. Zhivotovsky, and Michael F. Hammer, « High-Resolution SNPs and Microsatellite Haplotypes Point to a Single, Recent Entry of Native American Y Chromosomes into the Americas, » Molecular Biology and Evolution 21(1):164–175. 2004

[3] Dictionnaire Généalogique des Familles Acadiennes, Centre d’études Acadiennes – Université de Moncton 1999 ISBN 0-919691-91-9, Stephen A. White

[4] http://www.familytreedna.com/public/Doucet/default.aspx

[5] http://www.familytreedna.com/public/Doucet/default.aspx?section=yresults

[6] http://www.familytreedna.com/public/Doucet/default.aspx?section=results

[9] Dictionnaire Généalogique des Familles Acadiennes, Vol. I, page 526 « Doucet »

[10] Dictionnaire Généalogique des Familles Acadiennes, Vol. I, page 527 « Doucet », Notes de S.A. White: ii.; iii; and iv.

Les commentaires sont fermés.